Kamloops déclaration (10 Juin, 2021)

Les sépultures anonymes récemment mises à jour près de l’ancien pensionnat autochtone de Kamloops représentent une atrocité coloniale. Les 215 enfants dont les restes ont été retrouvés ont été retirés de leurs familles dans un effort systématique pour éradiquer leur identité culturelle. Des milliers d’autres enfants ont été déplacés de force dans des dizaines d’institutions similaires et le pensionnat de Kamloops ne sera, en toute probabilité, que le premier de plusieurs sites où des corps seront retrouvés. L’impact de ces actes odieux de violence physique et psychologique commis à l’encontre d’enfants autochtones continue de se faire sentir encore aujourd’hui.

La communauté astronomique canadienne se joint aux Canadiens de tous les horizons qui se montrent solidaires des Premières Nations Tk’emlúps te Secwépmc ainsi que des autres communautés et familles qui ont perdu leurs enfants aux mains du gouvernement canadien et des institutions religieuses. Nous ne pouvons imaginer leur peine et leur chagrin, et nous reconnaissons que la récente découverte des tombes anonymes de Kamloops peut être particulièrement douloureuse pour les membres autochtones de notre société.

En tant qu’universitaires et enseignants, nous devons prendre conscience du fait que les atrocités commises dans les pensionnats l’ont été au nom de l’éducation et reconnaître le rôle que le milieu universitaire a joué dans la perpétuation des structures coloniales.

Le plan à long terme récemment publié par la CASCA décrit les actions spécifiques que nous, astronomes, prenons pour lutter contre le racisme et les inégalités dans notre communauté et en particulier la marginalisation des Autochtones. Alors que nous entamons des efforts afin de rendre notre communauté plus inclusive, les découvertes de Kamloops représentent un rappel brutal du traumatisme engendré par les inégalités que nous nous efforçons de corriger.

Le conseil d’administration de la CASCA

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.