Canadian Gemini Office News / Nouvelles de l’Office Gemini Canadien

By / par Stéphanie Côté (CGO, NRC Herzberg / OGC, CNRC Herzberg)
(Cassiopeia – Autumn / l’automne 2018)

La version française suit

Korea Becomes a Full Gemini Partner!

On Tuesday, July 24th during the “Gemini Science and Evolution of Gemini” meeting in San Francisco, participants had the chance to witness the signing of the agreement between the Korea Astronomy and Space Science Institute (KASI) and the other partners of the Gemini Observatory, that establishes the Republic of Korea as a full Participant in the Gemini Observatory.

KASI has been a limited-time partner of Gemini since 2015, during which time over 100 Korean programs have been observed on Gemini and already 10 Korean papers based on Gemini data have been published. KASI was also a major partner in the team that developed IGRINS (in collaboration with University of Texas). This high-resolution near-infrared echelle spectrograph was offered as a Visitor instrument at Gemini-South in 2018A and turned out to be the most requested instrument in the South for that semester from all the Gemini community. Users will be happy to know that Korea will be building a similar instrument specifically for Gemini as part of their initial contribution to the Observatory.

Figure 1: The Republic of Korea flag was raised at Gemini Base Facility in Hilo, Hawai’i, during the signing event (Credit: Gemini Observatory/AURA)

The New Director of the Gemini Observatory is Announced: Dr Jennifer Lotz

Gemini Observatory and AURA have announced the appointment of the next Gemini Director: Dr. Jennifer Lotz. Dr. Lotz received her PhD in astrophysics from Johns Hopkins University in 2003, working on dwarf elliptical galaxies with Harry Ferguson. After holding a Leo Goldberg Fellowship at NOAO, and then a postdoctoral position at UC Santa Cruz, she has been a tenured astronomer at STScI with a joint appointment at Johns Hopkins University. She has been working on galaxy evolution and morphology, the high-redshift Universe and gravitational lensing. She is a leading expert in the field of galaxy mergers. She was the Principal Investigator of the highly successful and influential Hubble Frontier Fields program. She comes to Gemini with a solid record of scientific and technical leadership.

Dr. Lotz will succeed Dr. Laura Ferrarese on October 1, to start her 5 year appointment. Big kudos to Laura for her admirable leadership in the last year as Interim Director which has helped strengthen Gemini’s partnership.

New Large and Long Programs 2018

The new Large and Long Programs approved this year by the international LLP TAC were announced: two new programs were accepted, one of which is Canadian-led. The program “Chemistry of new metal-poor stars found in the Pristine Survey” is led by Kim Venn (University of Victoria), with Canadian co-Is Collin Kielty, Spencer Bialek and Julio Navarro (University of Victoria), Pat Côté and Alan McConnachie (NRC Herzberg) and Ray Carlberg (U of Toronto). This program will devote 150 hours over five semesters for GRACES high-resolution spectroscopic observations of ~80 extremely metal-poor stars found in the Pristine survey. High-resolution (R=40,000), high signal-to-noise (SNR>100) spectroscopy will be obtained to determine accurate chemical abundances for important elements that explore the variety of nucleosynthetic pathways in metal-poor stars, core-collapse supernovae, and the first stars.

The other new LLP is from PI Ian Crossfield (MIT) on “Validating TESS Exoplanet Candidates”. In addition to these two new programs, the Gemini Observations of Galaxies in Rich Early ENvironments (GOGREEN) Survey led by Michael Balogh (U of Waterloo) was granted an extension.

GMOS-S Air Bubbles fixed

GMOS-S is back to work on-sky after its major surgery. It had to be taken off the telescope to fix the problem of air bubbles that had developed in the oil interfaces between its optical lenses. Although these units are sealed, there is still some oil loss over time due to slow leakage. The air bubbles unfortunately produced orientation-dependent scattering effects that affected the flatfields and throughput that were difficult to correct. To refill the oil, the GMOS intervention team had to extract the collimator from GMOS-S, which had never been done since its commissioning 17 years ago! At the same time, they upgraded the fill system to ensure that in the future oil refills can be done without opening the whole optical train. GMOS-S was put back on the telescope and flatfields show a dramatic improvement. It is now busy delivering great science data again.

GMOS IFU Tutorial and F2 Data Reduction Cookbook

A new tutorial on reducing GMOS IFU-1 data was held at the Science and Evolution of Gemini meeting in July by Kathleen Labrie (Gemini). The tutorial shows how to obtain the data and calibrations and go from raw data to a stacked cube, all the while addressing various possible data issues. An online version of this step-by-step tutorial is now available to everyone here.

Note that there is also a new Flamingos-2 data reduction cookbook that was released earlier this year and is available here.

Figure 2: Composite color image from two deep GMOS-N images in filters g’ and i’ of the ultra-diffuse galaxy NGC1052-DF2. (Image credit: Gemini Observatory/NSF/AURA/Keck/Jen Miller)

Recent Canadian Gemini Press Releases

Pieter Van Dokkum (Yale) and his team including Bob Abraham, Deborah Lokhorst, and Jielai Zhang (U of Toronto) reported in the March 29th issue of the journal Nature the discovery of a galaxy that appears to have almost no dark matter. NGC1052-DF2 is an ultra-diffuse galaxy that was first spotted with the Dragonfly Telephoto Array, a custom-built telescope in New Mexico that they designed to find these low-surface-brightness galaxies. They obtained the radial velocities of ten luminous globular-cluster-like objects in this galaxy, which has a stellar mass of approximately 2 × 108 solar masses. Using these they estimated its velocity dispersion to be less than 10.5 kilometres per second, which is very low and implies a total mass less than 3.4 × 108 solar masses. This implies that the mass ratio Mhalo/Mstars is of order unity (and consistent with zero), a factor of at least 400 lower than expected for a galaxy of this mass. The Nature paper is available here.

Join the thousands and thousands of Gemini Observatory followers on Facebook: @GeminiObservatory and Twitter: @GeminiObs



La République de Corée devient un pays partenaire de Gemini!

Le mardi 24 juillet, lors de la conférence “Science et Evolution” de Gemini à San Francisco, les participants ont pu assister à la signature de l’accord entre l’Institut Coréen d’astronomie et de sciences spatiales (KASI) et les autres partenaires de l’Observatoire Gemini, qui établit la République de Corée en tant que partenaire à part entière de l’Observatoire Gemini.

KASI est partenaire limité de Gemini depuis 2015, et depuis plus de 100 programmes coréens ont été observés sur Gemini et 10 articles coréens basés sur les données Gemini ont déjà été publiés. KASI était également un partenaire majeur dans l’équipe qui a développé IGRINS (en collaboration avec l’Université du Texas). Ce spectrographe échelle haute résolution en proche infrarouge a été offert en tant qu’instrument Visiteur à Gemini-Sud en 2018A et s’est avéré être l’instrument le plus demandé dans le Sud pour ce semestre par toute la communauté Gemini. Les utilisateurs seront heureux de savoir que la Corée construira un instrument similaire spécifiquement pour Gemini dans le cadre de sa contribution initiale à l’Observatoire.

Figure 1: Le drapeau de la République de Corée a été levé devant le quartier général de Gemini à Hilo, Hawaii, lors de la cérémonie de signature (Crédit: Observatoire Gemini / AURA)

La nouvelle directrice de l’Observatoire Gemini est annoncée: Dr Jennifer Lotz

L’Observatoire Gemini et AURA ont annoncé la nomination de la prochaine directrice de Gemini: Dr. Jennifer Lotz. Dr. Lotz a reçu son doctorat en astrophysique de l’Université Johns Hopkins en 2003, en travaillant sur les galaxies elliptiques naines avec Harry Ferguson. Après avoir obtenu une bourse Leo Goldberg à NOAO, puis un poste postdoctoral à l’Université de Californie à Santa Cruz, elle est astronome à STScI avec un poste conjoint à l’Université Johns Hopkins. Elle étudie l’évolution et la morphologie des galaxies, l’Univers à grand redshift et les lentilles gravitationnelles. Elle est une experte de premier plan dans le domaine des fusions de galaxies. Elle était l’investigatrice principale du programme Hubble Frontier Fields, très influent et très réussi. Elle vient à Gemini avec un solide dossier de leadership scientifique et technique.

Dr Lotz succédera à Dr Laura Ferrarese le 1 er octobre pour commencer son mandat de cinq ans. Un grand bravo à Laura pour son leadership remarquable au cours de l’année écoulée en tant que directrice par intérim, qui a contribué à renforcer le partenariat de Gemini.

Nouveaux programmes Longs et Larges cuvée 2018

Les nouveaux programmes longs et larges approuvés cette année par le TAC LLP international ont été annoncés: deux nouveaux programmes ont été acceptés, dont l’un est Canadien. Kim Venn (Université de Victoria) dirige le projet «Chemistry of new metal-poor stars found in the Pristine Survey», avec Collin Kielty, Spencer Bialek et Julio Navarro (Université de Victoria), Pat Côté et Alan McConnachie (CNRC Herzberg) et Ray Carlberg (U de Toronto). Ce projet consacrera 150 heures sur cinq semestres à des observations spectroscopiques à haute résolution avec GRACES d’environ 80 étoiles extrêmement pauvres en métaux trouvées lors du sondage Pristine. Ils obtiendront des données spectroscopiques de haute résolution (R = 40 000) avec rapport signal sur bruit (SNR> 100) pour déterminer les abondances chimiques précises des éléments importants qui exploreront la diversité des voies de nucléosynthèse des étoiles pauvres en métaux, les supernovae à affaissement central, et les premières étoiles.

L’autre nouveau programme LLP est mené par le PI Ian Crossfield (MIT) sur «Validating TESS Exoplanet Candidates». En plus de ces deux nouveaux programmes, le sondage GOGREEN (Observations of Galaxies in Rich Early Early Environment) mené par Michael Balogh (U de Waterloo) a été prolongé.

Suppression des bulles d’air dans GMOS-S

GMOS-S est de retour au télescope après sa chirurgie majeure. Il a fallu le démonter du télescope pour résoudre le problème des bulles d’air qui s’étaient développées dans les interfaces d’huile entre ses lentilles optiques. Bien que ces unités soient scellées, il y a toujours une certaine perte d’huile au fil du temps en raison d’une fuite lente. Les bulles d’air ont malheureusement produit des effets de diffusion dépendant de l’orientation qui ont affecté les flatfields et le throughput et sont difficiles à corriger. Pour remplir l’huile, l’équipe d’intervention de GMOS-S a dû extraire le collimateur de GMOS-S, ce qui n’avait jamais été fait depuis sa mise en service il y a 17 ans! De plus, ils ont installé un nouveau système de remplissage pour s’assurer qu’à l’avenir, les recharges d’huile pourront être effectuées sans ouvrir tout le train optique. GMOS-S a été remis sur le télescope et les flatfields sont nettement améliorés. GMOS-S est de retour au travail pour fournir de splendides données scientifiques.

Tutoriel GMOS IFU et manuel de réduction de données F2

Un nouveau tutoriel sur la réduction des données GMU IFU-1 a été organisé lors de la conférence “Science et Evolution de Gemini” en juillet par Kathleen Labrie (Gemini). Le tutoriel montre comment obtenir les données et les calibrations et passer des données brutes à un cube superposé, tout en abordant divers problèmes de données possibles. Une version en ligne de ce tutoriel étape par étape est maintenant disponible pour tous ici.

Notez qu’il existe également un nouveau manuel de recettes de réduction des données Flamingos-2 qui a été publié plus tôt cette année et qui est disponible ici.

Figure 2: Image couleur composée à partir de deux images profondes de GMOS-N dans les filtres g ’et i’ de la galaxie ultra-diffuse NGC1052-DF2. (Crédit d`image: Observatoire Gemini /NSF/AURA/Keck /Jen Miller)

Communiqués de presse canadiens récents

Pieter Van Dokkum (Yale) et son équipe incluant Bob Abraham, Deborah Lokhorst et Jielai Zhang (U de Toronto) ont rapporté dans le numéro du 29 mars de la revue Nature la découverte d’une galaxie qui ne semble pas avoir de matière noire. NGC1052-DF2 est une galaxie ultra-diffuse qui a été repérée pour la première fois avec le système de téléobjectifs Dragonfly, un télescope au Nouveau-Mexique conçu sur mesure pour détecter ces galaxies de faible brillance de surface. Ils ont obtenu les vitesses radiales de dix objets semblables à des amas globulaires lumineux dans cette galaxie, qui a une masse stellaire d’environ 2 × 108 masses solaires. En utilisant ces valeurs, ils ont estimé que la dispersion de la vitesse était inférieure à 10,5 kilomètres par seconde, ce qui est très faible et implique une masse totale inférieure à 3,4 × 108 masses solaires. Cela implique que le rapport de masse Mhalo/Mstars est près de 1 (et cohérent avec zéro), un facteur au moins 400 fois inférieur à celui attendu pour une galaxie de cette masse. L`article Nature est disponible ici.

Rejoignez les milliers et milliers de suiveurs de l’Observatoire Gemini sur Facebook: @GeminiObservatory et Twitter: @GeminiObs.

Bookmark the permalink.

Comments are closed.