Canadian Gemini News / Nouvelles de l’Office Gemini Canadien

By/par Stéphanie Côté (NRC Herzberg)
(Cassiopeia – Hivers/Winter 2016)

La version française suit

Complete your 2017A PhaseII with ease

Successful PIs of 2017A programs should have received their notification emails from Gemini by now, with instructions on when and how to submit their PhaseIIs. If you happen to be going to the January AAS in Grapevine Texas, then please make sure to drop by the Gemini booth. Support astronomers will be available to sit down with you to get your started with your PhaseII in the Observing Tool (OT) and show you the ropes (in French too if you wish).

If you are not going to the AAS, the next best thing to meet a support astronomer in person is to meet one by Skype. For several semesters now the CGO has been offering help through Skype to provide real-time guidance to the canadian PIs filling out their PhaseIIs. Please contact your assigned CGO support to book a meeting at a mutually convenient time. Don’t be shy to ask for help, the OT has been known to occasionally bring even grown men to tears. We will be waiting for your emails!

GRACES processed data now available in the Archive

GRACES has been very popular with Canadians since its commissioning, it was even the most requested of all instruments in terms of number of proposals for a few semesters. All its science data, along with calibration data, are now accessible from the Gemini archive (more information here). In addition, Gemini staff have done a basic processing of all science data using an early version of the CFHT Opera software and also uploaded this processed data to the archive. Please be aware that this is basically a black box data reduction and you should carefully inspect your data. Let us know if you find any major issues with it. You may use this data as is, but it is not necessarily the optimal reduction and we encourage you to do your own reductions. To this end, there are a couple options you can use. These include the current version of Opera, with a non-optimized set of input files, and an IDL script called DRAGraces (for more information). Please use the Gemini Data Reduction User Forum to post any suggestions or issues you find with the script. A final improved version of Opera is expected to be released within the next few months. We expect to release an improved set of input parameters for use with GRACES around the same time.

Recent Canadian Gemini Press Releases

  • An international team lead by JF Donati (Toulouse) and including Lison Malo (CFHT), Élodie Hébrard (York University) and René Doyon (Université de Montréal) used GRACES to characterize a newborn “hot Jupiter” orbiting a 2-million-year-old solar-mass T-Tauri star V830 Tau, located in the Taurus stellar nursery. Hot Jupiters are giant planets that formed in the cold outer regions of the protoplanetary disk from which both the central star and surrounding planets are born, and then migrated inwards to settle into orbits 100 times closer to their host stars than our own Jupiter is to the Sun. But how and when this migration is occurring is not known. This new finding is the first evidence that early disk migration is happening. The discovery of this hot Jupiter, orbiting its host star in its infancy, represents a major step forward in our understanding of how planetary systems form and evolve. The paper describing the discovery was published in Nature in June 2016.

  • The dark galaxy Dragonfly 44. Deep g and I images were taken with the Gemini Multi-Object Spectrograph (GMOS) on Gemini-North as part of a Fast Turnaround program. The close-up on the right is from the same very deep image, revealing the large, elongated galaxy, and its halo of globular clusters. Image Credit: Pieter van Dokkum, Roberto Abraham, Gemini Observatory/AURA.

    The dark galaxy Dragonfly 44. Deep g and I images were taken with the Gemini Multi-Object Spectrograph (GMOS) on Gemini-North as part of a Fast Turnaround program. The close-up on the right is from the same very deep image, revealing the large, elongated galaxy, and its halo of globular clusters. Image Credit: Pieter van Dokkum, Roberto Abraham, Gemini Observatory/AURA.

    In August 2016 an international team including Bob Abraham and Jielai Zhang (University of Toronto) released their findings that the Ultra-Diffuse Galaxy Dragonfly 44, although of similar dynamical mass as the Milky Way, has a dark matter fraction close to 98% within its half-light radius. This very low surface brightness galaxy was discovered just last year in the Coma Cluster with the Dragonfly Telephoto Array developed by van Dokkum and Abraham. The team used DEIMOS on Keck to measure the velocity dispersion and deep g and I imaging with GMOS-N on Gemini. From the deep Gemini image they discovered a remarkable population of close to 100 compact clusters, which they identified as globular clusters. Their results confirm that UDGs seem to be “failed” galaxies, with the sizes, dark matter content, and globular cluster systems of much more luminous objects. You can read the press release and the full ApJL paper.


    Complétez votre PhaseII 2017A avec facilité

    Les PIs chanceux qui ont réussi à obtenir du temps pour leurs programmes en 2017A devraient déjà avoir reçu leurs courriels de notification de Gemini, avec les instructionspour soumettre leurs PhaseIIs. Si vous comptez être à la AAS à Grapevine au Texas en janvier, alors s’il vous plaît assurez-vous de passer par le kiosque Gemini. Des astronomes-support seront disponibles pour s’asseoir avec vous pour travailler sur votre PhaseII dans l’Outil d’Observation (OT) et vous en monter les rudiments (même en français si vous le désirez).

    Si vous n’allez pas à l’AAS, la meilleure chose après rencontrer un astronome-support en personne est d’en rencontrer un par Skype. Depuis plusieurs semestres, l’OGC offre de l’aide via Skype pour fournir des conseils en temps réel aux PIs canadiens qui remplissent leurs PhaseIIs. Communiquez avec votre support OGC assigné pour réserver une réunion à une heure mutuellement convenable. Ne soyez pas timide de demander de l’aide, l’OT est connu pour occasionnellement amener même les gars les plus toughs aux bords des larmes. Nous attendons vos courriels !

    Données traitées GRACES maintenant dans l’archive

    GRACES a été très populaire auprès des Canadiens depuis sa mise en service, c`était même le plus demandé de tous les instruments en termes de nombre de demandes pour plusieurs semestres. Toutes les données scientifiques, ainsi que les données de calibration, sont désormais accessibles dans l’archive Gemini (plus d’informations). En outre, le personnel de Gemini a effectué un traitement de base de toutes les données scientifiques à l’aide d’une première version du logiciel Opera du CFHT et a également transféré ces données traitées dans les archives. Veuillez rester conscient que cela est fondamentalement une réduction de données en ‘boîte noire’ et que vous devriez soigneusement inspecter vos données. Faites-nous savoir si vous trouvez des problèmes majeurs. Vous pouvez utiliser ces données telles quelles, mais ce n’est pas nécessairement la réduction optimale et nous vous encourageons à faire vos propres réductions. À cette fin, il y a quelques options que vous pouvez utiliser, comme la version actuelle d’Opera, avec un ensemble non optimisé de fichiers d’entrée, ou encore un script IDL appelé DRAGraces (plus d’informations sur ces options). Veuillez utiliser le Forum de Réductions de Données Gemini pour publier vos suggestions ou problèmes que vous trouverez avec le script. Une version finale améliorée d’Opera devrait être diffusée dans les prochains mois. Nous prévoyons publier un ensemble amélioré de paramètres d’entrée à utiliser pour GRACES en même temps.

    Communiqués de presse canadiens récents

    • Une équipe internationale dirigée par JF Donati (Toulouse) et incluant Lison Malo, Élodie Hébrard (Université York) et René Doyon (Université de Montréal) a utilisé GRACES pour caractériser une «Jupiter chaude» nouvelle-née en orbite autour de la T-Tauri V830 Tau de 2 millions d’années seulement, située dans la pépinière stellaire du Taureau. Les Jupiters chaudes sont des planètes géantes qui se sont formées dans les régions extérieures froides du disque protoplanétaire à partir desquelles l’étoile centrale et les planètes environnantes sont nées, puis ont migré vers l’intérieur pour s’installer dans des orbites 100 fois plus proches de leurs étoiles hôtes que notre propre Jupiter du Soleil. Mais comment et quand cette migration se produit n’est pas connue. Cette nouvelle découverte est la première preuve que la migration de disque peut se produire très précocement. La découverte de cette Jupiter chaude, déjà en orbite proche autour de son étoile d’accueil alors que si jeune, représente une avancée majeure dans notre compréhension de la façon dont les systèmes planétaires se forment et évoluent. L`article décrivant la découverte fut publié dans Nature en juin 2016.

    • La galaxie noire Dragonfly 44. Des images profondes en g et i ont été prises avec  GMOS sur Gemini-Nord dans le cadre d'un programme « Fast Turnaround ». Le gros plan à droite est de la même image très profonde, révélant la galaxie large et allongée et son halo d’amas  globulaires. Crédit: Pieter van Dokkum, Roberto Abraham, Observatoire Gemini/AURA

      La galaxie noire Dragonfly 44. Des images profondes en g et i ont été prises avec GMOS sur Gemini-Nord dans le cadre d’un programme « Fast Turnaround ». Le gros plan à droite est de la même image très profonde, révélant la galaxie large et allongée et son halo d’amas globulaires. Crédit: Pieter van Dokkum, Roberto Abraham, Observatoire Gemini/AURA

      En août 2016, une équipe internationale dirigée par P. van Dokkum (Yale) et incluant Bob Abraham et Jielai Zhang (Université de Toronto), a publié ses conclusions selon lesquelles la Galaxie Ultra-Diffuse Dragonfly 44, quoique de masse dynamique semblable à la Voie lactée, a une proportion de matière noire de presque 98% à son rayon de demi-lumière. Cette galaxie de très faible brillance de surface a été découverte juste l’an dernier dans l`amas de Coma avec le Dragonfly Telephoto Array développé par van Dokkum et Abraham. L’équipe a utilisé DEIMOS sur Keck pour mesurer la dispersion de vitesse et des images g et i profondes avec GMOS-N sur Gemini. À partir des images profondes de Gemini ils ont découvert une population remarquable de près de 100 amas compacts d`étoiles, qu’ils ont identifié comme des amas globulaires. Leurs résultats confirment que les GUDs semblent être des galaxies “échouées”, avec les tailles, la matière sombre et les systèmes d`amas globulaires semblables à ceux d’objets beaucoup plus lumineux. Vous pouvez lire le communiqué de presse et l`article complet d’ApJL.
Bookmark the permalink.

Comments are closed.